mardi 5 octobre 2010

lundi 4 octobre 2010

Dausa.


Le bâtiment en face de notre hôtel.
C'est là que j'ai pris mon petit déjeuner, car l'hôtel Shanti n'en servait pas.

Je ne pense pas d'ailleurs que j'en aurai eu très envie car la chambre où nous avons dormi mérite le premier prix de saleté.
a posteriori, je regrette de ne pas l'avoir photographiée, ça en valait la peine!
je dors toute habillée et pas question de prendre une douche!




Voici vu de plus près, le dernier étage du bâtiment qui abrite le bar où je déjeune encore somnolente. Il semble habité... ou en travaux, ou les 2; on voit du linge qui sèche et des bidons en métal.
Nous aurions bien voulu dormir jusqu'à 9h mais à 7h30 on tambourine à la porte pour nous porter le "chaï".





les hommes dans la rue au petit matin







Les abords de l'hôtel.
On comprend pourquoi Dausa n'est pas citée dans le guide.

dimanche 3 octobre 2010

Direction Dausa

Nous avions prévu de faire une petite halte au bord du lac de Ajmer, mais il est trop tard , il fait grand nuit quand nous arrivons près d'Ajmer.
Au bord de la route, nous cassons la croute dehors avec les autochtones, c'est bien bon, une télé est branchée, cela fait plaisir à Ramesh.

Nous voulons nous rapprocher de Sariska Tiger reserve et pour cela, nous décidons de dormir à Dausa.

Nous n'y sommes pas encore, car pour trouver cette ville, ce sera toute une épopée; et là nous constatons que non seulement Ramesh ne parle pas anglais, mais qu'il ne comprend rien à une carte routière ce qui est assez ennuyeux et qu'il ne sait pas lire, car les panneaux indicateurs ne lui sont d'aucun secours, il est donc obligé de s'arrêter régulièrement pour demander son chemin.

Enfin, après plusieurs heures de route, de détours, de contours, de retours, nous aboutissons à Dausa; je n'ai aucune idée de l'heure qu'il peut être.
Il faut maintenant trouver un logement.
Personne dans les rues, aucune indication, ce n'est pas un moment très agréable mais dans le pire des cas on pourrait dormir dans la voiture, nous ne sommes pas dehors! et puis il ne fait pas froid!
J'ai plus d'une corde à mon arc pour me remonter le moral, et finalement nous trouvons " l'hôtel de nos rêves ".


La porte sur le mur vert pâle au premier étage est celle de notre chambre.

En voici la "remarquable" serrure ouvragée.

samedi 2 octobre 2010

en redescendant vers la ville



Un dernier regard sur l'impressionnante forteresse,

puis nous descendons à travers les ruelles étroites, il est plus d'une heure de l'après-midi et nous avons commencé la visite dès l'ouverture à 9h



un petit

lunch

s'impose

c'est


à une


sympathique terrasse dominant la ville que nous le prenons




juste en dessous sur une minuscule terrasse, une femme assise en tailleur lave son linge à la manière traditionnelle, le brossant sur le carrelage et le rinçant dans une cuvette.
Une maigre vache cherche sa nourriture.

La descente se poursuit jusqu'à la guest house où nous devons retrouver Ramesh notre chauffeur.
... c'est assez laborieux et il est déjà 16h quand nous quittons Jodhpur.

vendredi 1 octobre 2010

la forteresse de Mehrangarh(5)



Intérieur de la hutte sous le toit.

















métiers à tisser























le résultat du tissage












Une peinture murale en redescendant vers les jardins.